Le week-end de Pâques

Pâques : une véritable source de stress pour toutes les personnes qui font attention.

Chocolats, repas de famille qui durent et durent encore, sensation de gavage non-stop, boutons qui sortent les jours suivants et ceinture trop serrée : voilà ce qui nous attend. Du moins, c'est ce que nous avons en tête lorsque nous pensons à Pâques (sur le plan alimentaire bien-sûr). 

Rassurez-vous, ce n'est pas une fatalité. Bien sûr, trop de chocolats, des repas trop riches, sont rarement synonymes de perte de poids. Mais ce n'est pas pour autant que nous devons les supprimer et les diaboliser. Nous pouvons concilier repas de famille (souvent le cas pour le week-end de Pâques) et alimentation équilibrée. 

 

Revenons sur un principe souvent oublié : l'équilibre alimentaire ne se fait pas sur un repas unique.

Par exemple : filet de cabillaud avec une poêlée de courgettes et du riz, morceau de fromage et salade de fruit.

Vous avez tout ce qu'il vous faut : des protéines, des féculents, des fibres, des vitamines, des minéraux. Vous avez donc un "repas équilibré" (façon de parler). Mais les minéraux présents dans les courgettes ne seront pas les mêmes que dans un autre légume. De même avec le cabillaud. Si vous le remplacez par un poisson gras comme le saumon, vous gagnerez en Oméga3 (acide gras essentiel pour le système cardio-vasculaire). Vous voyez ce que je veux dire ? Votre repas est équilibré dans les termes mais si vous mangez ça tous les jours, votre équilibre alimentaire ne sera pas respecté puisque les nutriments ne seront pas tous présents. 

 

Ce qu'on retient : l'équilibre alimentaire se fait sur la journée et même sur la semaine ! Donc un repas de famille peut se fondre dans votre semaine sans problème. 

 

Mais ce n'est pas parce que nous pouvons faire ce repas (heureusement que l'on peut), que nous devons "lâcher les chevaux" comme je le dis souvent en consultation. L'idée est de profiter tout en s'écoutant. Le maître mot : la bienveillance ! Et l'écoute. Bon ok, ça fait deux mots. 

 

Lorsque vous vous installez à table, prenez le temps de regarder ce qui vous est proposé et voyez ce qui vous fait vraiment envie. Manger quelque chose qui ne nous tente pas vraiment, il n'y a pas de plaisir et donc cela ne sert pas à grand chose. Une fois que cette petite observation a été faite, servez-vous. Puisque ce genre de repas est souvent plus fourni que les repas quotidiens, vous pouvez vous servir de plus petites quantités que ce que vous mangeriez d'habitude. Vous aurez toujours la possibilité de vous resservir si cela vous fait toujours envie et que vous avez encore FAIM

J'appuie sur ce mot car c'est le second point primordial dans ce genre de repas. La faim, c'est votre jauge. Selon votre sensation de faim, vous vous servez. Selon votre sensation de rassasiement, vous ajustez. Et n'hésitez pas à vous projeter un peu. Si vous savez que le dessert sera délicieux et que vous êtes plutôt un bec sucré, prenez de plus petites parts pour l'entrée et le plat et profitez de votre dessert. Dans le cas inverse, vous pourrez vous arrêtez au fromage et faire d'une seconde petite part du plat, une gourmandise. Chacun son rythme, chacun ses envies

Et si le repas a quand même était trop lourd ou trop riche, pas de panique, vous pourrez toujours manger plus léger le lendemain pour compenser ! Rien ne sert de se mettre la pression sur trois jours et de culpabiliser !! 

 

 

J'espère que vous aurez passé un bon moment en me lisant et que vous aurez quelques nouvelles petites astuces pour mieux gérer les petits à-côté du quotidien. Si vous souhaitez me rencontrer, pour que je réponde à vos questions ou dans le cadre d'une perte de poids, retrouver toutes mes informations sur la page d'accueil.